Vous êtes ici

Analgésie intrathécale avec bolus pour le traitement de la douleur cancéreuse

Congrès INS 2017

Les douleurs cancéreuses continuent d'être un problème important malgré une meilleure sensibilisation du personnel de santé, une meilleure compréhension de la physiologie de la douleur et l’existence de recommandations internationales de traitement sur le sujet. Le sous-groupe des patients considérés comme réfractaires à un traitement médical compréhensif peut tirer un bénéfice d’un système de traitement intrathécal. Bien que d’importantes données existent quant à l'efficacité de la thérapie intrathécale, les données sur l’efficacité de l'analgésie intrathécale contrôlée par le patient (AICP) dans la douleur réfractaire du cancer sont plus limitées.

Le Dr Brogan a présenté une étude qu’il a récemment dirigée dans son centre (Huntsman Cancer Institute, Utah, États-Unis).  Cette étude examine l'effet de l’AICP sur les scores de symptômes du cancer, la satisfaction des patients et l'efficacité des analgésiques, en mettant l'accent sur les accès douloureux paroxystiques.

Méthodologie

Quatre-vingt-dix-huit patients souffrant de douleurs réfractaires ont complété des questionnaires (l'inventaire des symptômes MD Anderson symtom inventory [MDASI], et une évaluation d’accès douloureux paroxystiques) avant et après l'implantation d'une pompe intrathécale.

Résultats

  • 58 patients ont été inclus dans le groupe d'étude.
  • Les scores de « pire douleur » ont diminué de 8,32 pré-implantation à 4,98 post-implantation, (p < 0,001).
  • La douleur sévère est passée de 84,2% à 35,2% (p < 0,001).
  • La dose moyenne de morphine a diminué de 805 à 128 mg/j, avec 65,5% des patients ayant interrompu tous les opioïdes non intrathécaux.
  • Le score moyen de gravité des symptômes MDASI a diminué de 4,98 à 3,72 (p < 0,0001).
  • L'analgésie intrathécale contrôlée par le patient, par rapport aux médicaments pour les accès douloureux paroxystiques conventionnels, a été jugée « beaucoup mieux » dans 60,7% des cas, et « un peu mieux » pour 28,6% des patients de l’étude.
  • La satisfaction globale du contrôle de la douleur a également été améliorée, avec 78,2% de « beaucoup mieux » et 10,9% de disparition totale de la douleur.

Le Dr Brogan conclut donc que chez les patients souffrant de douleurs cancéreuses mal contrôlées, l'AICP est associée à une amélioration du contrôle de la douleur, à l'amélioration des symptômes liés au cancer et à une meilleure satisfaction du patient.

D’après la communication de Shane Brogan : “Intrathecal Bolus Dosing for Cancer Pain”

Brève rédigée par le Dr Gabriel Carvajal